Aného – Another view

Des pépites de terres, de côtes et de bassins fluviaux jonchent le littoral sud d’Afrique subsaharienne. Cette fois-ci, c’est à Aného que nous nous arrêtons. Pourquoi Aného? Parce que le cadre est juste magnifique. L’eau y est verte ou turquoise selon la météo et le moment de la journée. Un image vaut milles mots, alors que dire d’une vidéo.. bref c’est 1mn, regardez !

(si vous n’arrivez pas à lire la vidéo, retrouvez la ICI !)

Aného m’attire pour 4 points

Le paysage et les plages

J’ai pour habitude de dire que plus l’on se rapproche du Togo, plus les plages sont belles. Si vous êtes déjà passé par le pont de Aného, celui situé près du poste de police, c’est tout simplement impossible que la beauté des plages et du paysage n’ait pas capté votre attention. En bon village de pêcheurs, tout comme bon nombre de village côtiers, les pirogues et barques en bordure de mer ou de fleuve apportent leur touche au paysage.

Un bassin fluvial riche et diversifié.

La richesse de Aného passe aussi par ses cours d’eau. En plus d’avoir la mer, Aného possède un réseau fluvial assez intéressant. Un des canaux s’enfonce dans le Bénin jusqu’à croiser le lit du Fleuve Mono. Un autre se jette dans la mer au niveau de l’embouchure, et le troisième va se diviser en entrant plus profondément dans le pays. Mais tout ceci converge jusqu’a entourer un lopin de terre qui ressemblerait a s’y méprendre à un ou 2 pays d’Amérique du sud. Tout ceci est bien sympa mais cela ne chassera pas de mon esprit l’image d’un utérus à la vue de ce réseaux fluvial. Quand on parle de Mama Africa, ou de l’Afrique, la terre mère, l’image qui me vient automatiquement à l’esprit est celle la… en espérant vous contaminer!

Aneho - Egloye - Aneho - another view.jpg

La vibe culturelle

Mama africa okay, mais ma branche maternelle etant Guin, Comment pourrais je oublier de mentionner que Aneho est le centre spirituel de l’ethnie Guin, ou encore Mina. Tout part de là. Cette ethnie est aujourd’hui répandue au sud du Bénin et du Togo et avant ces deux noms à forte considération coloniale, il s’agissait d’une seule entité.

L’histoire douloureuse.

Capture d’écran 2017-06-15 à 03.10.30.png

A l’instar de Ouidah, Aného est un ancien port négrier. Des centaines d’esclaves sont passés par la région en destination des Amériques. La maison de Wood et le Puits des oubliés sont deux des vestiges qui existent encore sur place.

Pour résumer, quand je pense à tous les fils d’Afrique emportés vers le nouveau monde, et à la forme singulière du réseaux fluvial, j’y vois un lien, une relation. Je suis curieux de savoir à quoi cela vous fait penser😏 . Allez, dites moi tout en commentaire !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s